Salut à tous, 

Marionnette

   Un des nombreux beaux souvenirs de mon séjour au Sénégal se rapporte tout simplement à mes contacts avec les jeunes de certains villages et...d'une tout petite marionnette ! Attendez que je vous raconte son histoire...

   En Afrique, les familles nombreuses sont un état de fait, et un jour, j'ai posé la question à un membre sénégalais de l'équipe de Plan International, à savoir pourquoi avoir tellement d'enfants, même dans les villages subsistants de peine et de misère ? Et il m'à répondu que pour les parents, avoir de nombreux enfants dans leur famille signifie une sécurité pour leur vieillesse, un genre de ¨fond de pension¨ et que parmi eux, il s'en trouvera toujours quelques uns rendus à l'âge adulte pour pouvoir les aider financièrement !

   Et dans certains des villages que je rencontrais régulièrement, dès l'arrivée de mon véhicule aux abords de l'un d'eux, une nuée de jeunes moussaillons, venaient à ma rencontre, le visage épanouie, heureux d'une visite d'un toubab (1) qui créait un changement passager dans leur vie de tous les jours car vous pouvez vous imaginer que les distractions sont peu nombreuses, les jeux pratiquement inexistants.

   Et pour garder encore quelques minutes dans leurs têtes ce plaisir éphémère, je m'amusais avec eux, surtout en utilisant ce qui était populaire chez nous, à cette période, un petit jouet très simple, le ¨freesbee¨ (3), objet volant qui semblait flotter dans les airs, et que chacun des jeunes essayait d'attraper au vol afin de pouvoir me le relancer et où, volontairement, en l'attrapant, je faisais semblant qu'il était trop lourd, et je tombais au sol, sur le dos, à leur grand plaisir,ou bien, un autre jeu amusant appelé pour une raison inconnue, ¨bitch¨, petit bâton d'environ 15 cm, placé à chaque extrémité sur de petits pierres, et avec un long bâton dont un bout était placé sous ce petit bâton, on envoyait ce dernier dans les airs pour qu'un des jeunes puisse l'attraper, et dans ce cas là, il pouvait venir me remplacer immédiatement pour continuer le jeu, sinon, si personne ne pouvait l'attraper au vol, celui qui le ramassait l'envoyait de cet endroit vers le long bâton couché au sol, et si le petit bâton expédié le touchait, il avait alors également droit de venir me remplacer, tout fier de sa nouvelle position vis à vis ses nombreux copains. Et bien entendu, après une première expérience heureuse de ce jeu dans un village, je laissais les deux bâtons en question afin qu'ils puissent continuer à s'amuser entre-eux.

    Lors de retour au pays à mi-temps de mon stage au Sénégal, commençait dans ma région un spectacle annuel de marionnettes, et je me procurai l'une d'elle, celle que vous pouvez voir en photo ci-haut, et que je rapportai à mon retour dans ce pays.

   Et vous pouvez vous imaginer la surprise de ces jeunes la première fois qu'ils aperçurent cette petite marionnette, que je manipulais avec mes doigts, lui faisant courber la tête, agiter les bras, et surtout, l'étonnement lorsque je disais quelques mots en (wolof) (2), comme si cela provenait d'elle...Ce petit spectacle inusité pour eux durait quelques minutes, avec autant d'enchantement pour les spectateurs que pour l'acteur, et à voir leurs visages tout heureux, et semblant toujours en redemander...

(1) - Toubab : Étrangers, Blancs   http://fr.wikipedia.org/wiki/Toubab

(2) - Wolof    : Langue ou dialect africain https://fr.wikipedia.org/wiki/Wolof_(langue)

(3) - Freesbee : http://fr.wikipedia.org/wiki/Frisbee

Pégé